Category Archives: Arts visuels

365°, une « variation ethnographique et poétique sur le thème de l’amour » d’Alice KHOL.

akh1

Alice Khol est photographe. Pendant deux ans elle a recueilli photos et histoires d’amour qu’elle publia sur son blog http://365degreesoflove.tumblr.com/ avant de les exposer depuis peu. Elle définit 365° comme une « variation ethnographique et poétique sur le thème de l’amour ».

Elle est accueillie en ce moment à la Maison Bergamini. Loin de l’image conventionnelle que l’on se fait d’une galerie d’art, vous êtes reçu à la Maison Bergamini comme chez vous. Entre la salle de bains
entièrement vitrée posée au centre du loft, le sac de frappe de boxe dans un coin, le studio photo au milieu, et les saladiers de chips qui vous attendent dans un coin de la cuisine – encombrée et dont l’évier déborde de vaisselle sale ; les œuvres d’Alice sont là.
Sobrement fixées au mur, elles ne sont accompagnées d’aucun titre, ni d’aucune explication. Elles sont regroupées en diptyque ou triptyque. Dans un angle, se cache un petit QR code. A l’aide de votre smartphone, vous accédez à un lien Soundcloud (https://soundcloud.com/alice-khol/365-expo-6/s-u0tEK)
Branchez vos écouteurs, et vous voilà parti pour écouter une bride de vie, le conte d’un soir ou la plus grande histoire d’amour qui a inspiré Alice.
Les jolies photos, développées sur un carton mat, sont des mises en scène de la photographe tantôt inspirées de la vie quotidienne, tantôt inspirées par des textes. Chaque situation est une mise en scène nous confiera l’artiste. Elle préfère poser l’action, les personnes, arrêter le temps à la photo prise sur le vif, en mouvement.

akh2

Une des modèles, qui est présente, raconte que l’artiste lui envoie régulièrement des photographies pour avoir ses textes, ses impressions à elle, sur le cliché. Quelle histoire lui inspire-t-elle ?
Nous rencontrons l’artiste qui nous dévoile la prochaine édition d’un livre qui regroupera les photographies et les textes. Lorsque nous lui demandons ce que le public peut trouver de plus que dans
son blog à venir à l’exposition ou à se procurer le livre, elle semble dubitative. Pas de nouvelle prise, non publiée sur internet. Elle se hasarde à dire que parfois elle change, inverse certains textes avec d’autres pour illustrer les photographies. Ce commentaire nous encourage à croire qu’il n’y a pas eu de profonde réflexion entre l’art photographique et les mots.
Somme toute, nous avons passé un agréable moment, à regarder ces quelques clichés et à boire un verre de vin sur le balcon joliment éclairé par un doux soleil de printemps. On repart tout de même en
regrettant l’accueil fait à l’artiste mais aussi aux visiteurs.
N’oubliez pas votre smartphone, vos datas et vos écouteurs. Ici, pas de casque à disposition comme au musée ou dans l’avion, pas de textes non plus imprimés sur des papiers et pas de code wifi affiché.

Maison Bergamini
Rue École Moderne 17
Anderlecht
0483 24 97 43

© Morgane Lenzi – Bruxelles – 17.04.18